Activités de l'association
Activités annuelles de l'association PDF Imprimer Envoyer

A ce jour, l'association « Les Familles et Amis des Déportés du Convoi 73 » regroupe environ 350 familles qui représentent 280 déportés. Il y a souvent plusieurs enfants ou plusieurs frères et sœurs pour un déporté, et l'on compte maintenant des descendants des 2ème et 3ème  générations.

La commémoration du 15 mai 1944


Un grand nombre de familles des déportés se retrouvent fidèlement chaque année pour commémorer la date du 15 mai 1944, jour du départ de Drancy du convoi. La cérémonie a lieu le dimanche le plus proche après le 15 mai et se déroule devant le monument de la déportation, à l'entrée de la Cité de la Muette à Drancy, puis à l'ancienne Gare de Bobigny d'où partaient les convois.

Les autorités locales, M. Jean-Christophe Lagarde, Député-Maire de Drancy, Mme Catherine Peyge, Maire de Bobigny, M. Raphaël Chemouny, du Conservatoire Historique du Camp de Drancy, participent à ces cérémonies : dépôt de gerbes, allumage de bougies, récitation du Kaddish, lecture des noms des déportés, interventions personnelles, contribuent à l'émotion ressentie par les participants.

La Cité de la Muette à Drancy : le Monument de la Déportation

La Cité de la Muette à Drancy : le wagon témoinA Bobigny, la halle aux marchandises, devant les voies à disposition des trains en partance vers les camps de la mort

La lecture des noms devant la gare de Bobigny le 16 mai 2010

La traditionnelle visite annuelle au cimetière


L’association a pu obtenir un emplacement sur la colline de la déportation au Cimetière du Père-Lachaise. Le 26 Novembre 2006, une stèle fut inaugurée au cours d’une cérémonie officielle. Chaque année, entre Rosh Hashana et Yom Kippour, période ou traditionnellement les familles se rendent au cimetière, une réunion rassemble les membres de l’association devant cette stèle qui représente symboliquement en France la tombe des déportés du Convoi 73.

En 2013, la réunion s'est tenue le 10 septembre et a regroupé une centaine d'adhérents de l'Association devant la stèle, en présence du Rabbin Claude Lemmel.

La stèle du Convoi 73 au cimetière du Père Lachaise à Paris

Mise à jour le Dimanche, 15 Décembre 2013 11:54
 
Les voyages de la mémoire PDF Imprimer Envoyer

C'est une des activités importantes de l'association. Au cours de l'un de ces voyages, nous avons découvert le sous-camp de Praviéniskès où les déportés du Fort 9 étaient internés et où ils devaient extraire la tourbe des marécages et produire du bois de chauffage. Mourir aussi, et disparaître sans laisser de traces  Les habitants du lieu témoignent de ces faits, surtout les quelques survivants de la communauté juive de Kaunas qui les ont vécus.

Depuis 1995, un voyage a été organisé par l’association à peu près tous les deux ans.

Au cours des ans, des plaques commémoratives ont été posées dans les différents lieux où ont été exterminés les déportés du convoi 73 : sur le parvis du Fort IX de Kaunas, dans la forêt de Praviéniskès, sur le mur de la prison de Tallinn. Une « salle des Français » est installée dans le musée du Fort IX, salle très visitée pour son originalité et les documents qu’elle présente sur les déportés, leur famille, leur contexte social et professionnel.

Cette dédicace figure sur la plupart des dalles et des plaques à la mémoire des déportés du Convoi 73 :

Nous sommes vos fils et vos filles
vos frères et vos soeurs
vos épouses
vos petits-enfants
Nous sommes une partie de vous-mêmes
Vous êtes à jamais dans nos mémoires,
dans nos coeurs, dans nos vies.

En 2002, la Fondation pour la Mémoire de la Shoah avait pris en charge la participation (voyage et séjour) d'Alex Faitelson, un des anciens détenus du Fort 9, Juif lituanien qui dès la libération s’installa en Israël. Il est mort en Mars 2010 entouré d‘une grande famille. Le soir de Noël 1943 il avait réussi l'exploit d'organiser son évasion du Fort IX en compagnie de 63 autres détenus. Pour les participants au voyage, il était fort émouvant de visiter ces lieux avec un témoin direct des conditions de détention de leurs parents. La soirée d’entretiens qu’il leur consacra se prolongea tard et donna lieu à la réalisation d’une vidéo par Béatrice et Patrick Reynier. Alex Faitelson s’exprimait en yiddish, traduit par Renée Kaluszynski.

Voir le livre de Faitelson Courage dans la tourmente en Lituanie 1941-1945 Mémoires du ghetto de Kovno, préfacé par Simone Veil, traduit de l’anglais par Eve Line Blum, éditions l’Harmattan (1999).

 

Alex Faitelson est décédé en 2010 entouré de sa nombreuse descendance

Mise à jour le Samedi, 04 Décembre 2010 21:57
 
Une nouvelle stèle à la Mémoire des Déportés du Convoi 73 PDF Imprimer Envoyer

Au cours du voyage de la mémoire 2010 du 30 mai au 3 juin, une stèle a été inaugurée devant la prison Paterei où furent détenus les déportés à leur arrivée en Estonie. Au cotés des 40 participants au voyage une très importante présence de personnalités fut notée invitées par l’Ambassade de France en Estonie : l’ancien Président de la République Estonienne, le Ministre de la Défense, le Ministre des Affaires étrangères, les ambassadeur, d’Allemagne, Israël, Pologne, Finlande, Pays-Bas, Ukraine, Moldavie, la Répbublique Tchèque, Espagne, Lettonie, Lutuanie, le chargé d’affaire autrichien, le consul estonien en Russie…

Cérémonie très importante pour ce pays où l’Holocauste n’a pratiquement jamais été évoqué de cette manière, publiquement devant toutes ces personnalités. L’ambassadeur de France a fait déposer une couronne aux couleurs de la République, le Rabbin Samuel Kot à dit le Kaddish. Les déportés se réclamaient de la France (« nous sommes 900 Français ») et être juif leur a valut d’être assassinés dans les états Baltes.

 

Inauguration de la stèle de Tallinn. La foule avant la cérémonie.

La stèle pas encore dévoilée, réglages des derniers préparatifs

Après la cérémonie : une couronne aux couleurs de la République Française, la gerbe de la communauté juive de Tallinn et les cailloux de la mémoireLe texte sur la stèle en Français et en Estonien

[Juin 2016:]

Deux autres stèles ont été érigées en Estonie à la mémoire des déportés du Convoi 73, l'une devant la  prison Patarei à Tallinn et une sur l'emplacement de l'aérodrome de Lasnamäe où ont travaillé des déportés de ce convoi, dont Henri Zajdenwergier, seul survivant à ce jour.

Mise à jour le Dimanche, 03 Juillet 2016 20:05